Petites contrariétés d'une citadine pas si moderne que ça

Articles de la catégorie “Drôle de siècle

Et si on brûlait tous les selfies-sticks ?

Posté le 25 août 2017

De la Grand Place au Colisée en passant par l’Alhambra, il fait le bonheur des pros de la duckface et des vendeurs de rue depuis quelques (trop nombreuses) années.   Ce grotesque prolongement du bras droit en plastique qui donne à ses adeptes une allure de cyborgue mégalo est à deux doigts de causer la perte de ma foi en l’humanité.   Le ridicule ne tue pas, dit-on ? C’était vrai, jusqu’à l’invention du selfie-stick… Plusieurs personnes sont effectivement passées de vie à trépas, le temps d’un cliché, distraits par l’angle parfait que leur procurait leur canne à poire… Cher payé pour une photo de profil à titre posthume…   Cet amour propre de seconde zone en vaut-il vraiment la peine? C’est un peu comme si…

Bruxelles en l’an 2067

Posté le 17 février 2017

Ca y est. J’ai 80 ans.   Quelle chance j’ai d’être toujours en vie !   Bien sûr, j’ai mes petits soucis par-ci par-là, mais rien de grave. Disons que je paie mes erreurs de jeunesse…   Il faut dire qu’à l’époque, je n’en faisais qu’à ma tête. Je marchais au lieu de prendre la voiture, j’allais courir au Bois de la Cambre, j’avais même un vélo c’est vous dire… J’en ai respiré des particules fines !   Mais je ne regrette rien. J’ai eu une belle vie jusqu’ici.   Des moments heureux me reviennent en mémoire… Ce 12 juillet 43 par exemple, où le pic de pollution était passé du seuil 3 au seuil 2 le temps d’une journée. Bruxelles Environnement avait fait une grande…

Tournée minérale, le coma hydraulique

Posté le 3 février 2017

Je ne me sens pas bien du tout. Je me suis prise une cuite monumentale ces derniers jours.   J’ai fait un coma hydraulique. On a dû me déshydrater à coup de sèche-cheveux dans la bouche.   Un tournée minérale, c’est pas donné. Un verre de Spa Reine on the rocks est plus cher qu’une Jupiler… J’en ai offert un tas, je suis ruinée. Mais bon, il paraît que c’est pour la bonne cause.   Je ne suis pas bien je vous dis… J’ai mal à la tête. Je suis sûre que c’est à cause des bulles… Quelle garce cette Marie-Henriette. On ne sent rien le soir-même et c’est le lendemain qu’on trinque.   On a remis ça hier… Au début j’ai fait attention, je…

Blue monday mon cul

Posté le 16 janvier 2017

Ce lundi est, paraît-il, le jour le plus déprimant de l’année.   Un début de semaine, au milieu d’un mois hivernal, où victime des abus liés aux fêtes de fin d’année, nous verrons, dit-on, s’abattre en même temps que notre décompte Visa, les quelques résolutions pourtant tenues avec conviction durant deux longues semaines, alors que les prochaines vacances nous sembleront à une éternité.   Bref, ce lundi puera encore plus que les autres. Tant et si bien que nos amis anglophones lui ont attribué le cruel sobriquet de Blue Monday.   Mais pourquoi diable s’acharner davantage sur ce jour ? Il ne fait que subir son sort, suite à sa désignation arbitraire !   Lui a-t-on demandé au lundi, s’il acceptait la lourde tâche de prendre la tête de…

Lettre ouverte au Petit Jésus

Posté le 23 décembre 2016

Cher petit Jésus,   On ne se connaît pas bien toi et moi, mais malgré que je ne sois plus allée dans une église depuis mon passage obligé au catéchisme et que j’aie oublié les paroles du Notre Père, j’ai quelque chose à te demander.   Je sais que tu vas bientôt naître, mais cette année, pourrais-tu faire en sorte de ne pas te montrer ?   Au lieu de répandre ta Bonne Parole, tu pourrais, par exemple, rester caché dans ton étable, et te la couler douce à faire du fromage d’ânesse pour le vendre au petit marché de Bethléem. C’est un mode de vie assez tendance en ce moment. Moi-même, il m’arrive de vouloir m’exiler dans les montagnes avec un troupeau de brebis (non…

Mes résolutions pour 2017

Posté le 19 décembre 2016

Ce weekend, au lieu de parcourir la ville de long en large à la recherche de cadeaux de Noël déjà obsolètes, j’ai enfilé mes bottes en caoutchouc, pris ma bêche sur l’épaule, et suis partie dans un coin retiré me construire un bunker.   Petit mais fonctionnel, une bibliothèque à côté de la kitchenette, je coulerai des jours paisibles dans mon abri solide, la boîte de conserve en guise de meilleure amie.   Qu’à cela ne tienne je me réjouis à l’idée de ne plus entendre les locutions du genre « mesdames et messieurs, ceci est un flash spécial », « deux pour le prix d’un, et avec toute mon équipe, je m’y engage », « nous avons la situation sous contrôle », « vous prenez les timbres pour…

Les charognards de Ryanair

Posté le 2 décembre 2016

Qui n’a jamais volé avec Ryanair ?   Un billet d’avion au prix dérisoire pour un inconfort certain, cinq couches de maquillage sur les visages des hôtesses acnéiques, un clairon digne d’un vieux jeu d’arcade après l’atterrissage et des retards à la chaîne sont la fière signature de cette compagnie aérienne.   Il serait malhonnête que je médise davantage sur le groupe, alors que j’en connais tous les ressorts et accepte malgré tout leurs conditions de voyage.   Ce qui me donne des boutons avec Ryanair, ce ne sont pas les cheeseburger réchauffés à côté des toilettes, ni les innombrables interventions du staff pour vendre des billets de loto, encore moins les étapes fastidieuses avant l’achat du vol qui me proposent des avantages aussi arnaqueurs que superficiels.…

Ferme un peu ton clapet

Posté le 7 octobre 2016

Hier matin, dans le bus, malgré les les mines blêmes et chiffonnées qui reniflaient tour à tour autour de moi, -signe indubitable de la fin de la belle saison-, je trouvais que la journée avait particulièrement bien commencé :   J’avais déniché une petite place assise, qui plus est, dans le sens de la marche, et plongée dans les pages de mon livre, je savourais d’une oreille un concerto -dont j’ignorerai à jamais le compositeur, vu ma piètre connaissance en la matière-, la conductrice ayant préféré nous passer Musique 3 plutôt qu’un bavard Good Morning.   Absorbée par l’histoire que j’étais en train de lire, je profitais allègrement de ce calme voyage, ne voyant ni le temps passer, ni les embarras de circulation qui allaient me mettre en retard, et encore…

C’est l’addition, je vais faire pipi

Posté le 29 juin 2016

Plus bruyante qu’un stade de football, plus bordélique qu’un chantier de la Ville de Bruxelles, au restaurant, la table de vingt couverts est le fardeau de la serveuse, et fait amèrement regretter aux autres clients leur venue.   Que j’ai horreur de faire partie de ces ripailles en groupe ! Il est rare que les plats arrivent chauds, je ne parviens pas à discuter avec mon voisin de gauche sans être interrompue par celui de droite, et je suis souvent la victime d’une erreur de commande.   Mais, par dessus tout, je maudis le -tant redouté- moment de l’addition. Alors que la tablée s’est allègrement laissée aller entre les pichets de vin et les portions de frites, la Douloureuse -constamment suspectée de contenir une erreur- surprend toujours .   Au moment crucial de dérouler le…

Huit mars, journée internationale du shopping

Posté le 9 mars 2016

Chaque année à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, j’ai les nerfs en pelote…   Non pas face à l’indignation de certains et certaines, qui réclament que dédier une journée à la femme est discriminatoire (il est vrai qu’à côté de journées mondiales du tricot ou des toilettes, il y a de quoi rester perplexe) ;   Non plus parce que penser au droit des femmes un jour par an soulage les consciences pour les autres jours de l’année ;   Tout cela est favorable au débat, et ne comporte donc rien de bien méchant.   Ce qui me met en pétard est bien plus ordurier.   Chaque 8 mars, en ouvrant ma boîte mail, je tombe sur des réclames en tout genre, de la part de grandes…