Après dix années d’allégeance à Ixelles, j’ai décidé, non sans un pincement au cœur, de changer un peu d’air.

 

L’envie de me mettre au vert m’a poussée vers les bords de la capitale, et j’ai jeté mon dévolu sur Boitsfort.

 

Je quitte les avenues grouillantes pour un quartier calme et arboré :

Les cris des écureuils ont remplacé les roucoulements gras des pigeons, les tondeuses à gazon sont plus douces aux oreilles que les marteaux piqueurs, et le chat, autrefois solitaire, partage désormais ses croquettes avec un hérisson.

 

Ces quelques notes campagnardes ne changent pas pour autant complètement le paysage:

J’ai tout de suite repéré le Paki du coin (qui m’a déjà maintes fois rendu service), la voisine crie « Ici, Zinneke ! » pour rappeler son chien, et je saute dans un 95 dès que l’envie de retourner dans l’agitation du centre me démange.

Je reste bien à Bruxelles (et j’ai bon de le savoir) !

thumbnail_illu_herisson

Ma nouvelle commune dispose d’un aspect authentique qui n’est pas pour me déplaire.

Ici, nul besoin de se la jouer branché pour convaincre:

La bière se prend au Roi Albert, alors que Yeye Volle Gaz et Chauffe Marcel donnent le ton du grand bal populaire.

(Et rien que pour l’audace du jeu de mots, je brûle d’envie de tester le couscous de L’eau à La Babouche !).

 

Dans les cafés de la place Keym, -où j’ai déjà eu l’occasion de traîner mes guêtres-, la spontanéité des piliers de comptoir contraste avec le côté m’as-tu-vu du Châtelain.

Ainsi, alors que je dégustais tranquillement les premières moules de la saison, un habitué s’est penché au bord de ma casserole pour me demander:

-« Vous savez contre qui Anderlecht joue ce soir ? Non ? C’est pas grave, bon appétit hein ! ».

Et pas plus tard qu’hier, Marraine (affectueusement surnommée de la sorte par ses pairs) s’est permise de me donner quelques leçons de savoir vivre:

-« Fais gaffe à ce que tu fais ou dis, ici tout se sait ! Allez, santé ! »

 

En effet, difficile de ne pas comparer Boitsfort a un grand village…

Auparavant, cloîtrée dans les hauteurs de mon appartement, personne ne soupçonnait mon existence à l’intérieur des murs.

Ici, impossible de passer inaperçue:

« -Vous êtes nouvelle, vous !

-Euh… oui.

-Bienvenue ! Vous allez voir, ici, c’est super ! Alors, dimanche, il y a un vide-grenier un peu plus haut dans la rue, allez faire un tour c’est super. Et à midi, un concert du feu de dieu dans la brasserie, avec un super groupe! Vous avez signé la pétition contre le placement d’une antenne GSM (ici on dit encore le mot GSM) ? Ça vous dérange si je vous donne une affiche pour que vous la colliez à votre fenêtre ? Ce serait super de votre part ! »

 

L’accueil chaleureux du voisinage est plus que prometteur, et pour lui rendre la pareille, j’ai promis de faire les présentations avec un petit coup de bienvenue chez moi, bien comme il se doit !

 

Cher Watermaeliens-Boitsfortois, je vous apprécie déjà !

Commentaires

commentaires