« Il faut que je me remue pour ne pas ressembler à une motte de beurre fondue ! » me dis-je en temps de crise.

Pour remédier à ces prises de conscience ponctuelles, je me suis inscrite au Yoga.

 

Pourquoi cette pratique?

Premièrement, il y a un cours à deux pas de chez moi.

Deuxièmement, une discipline qui allie corps et esprit me parle davantage qu’une séance de Body Pump coachée par Kyle au Basic Fit du coin.

 

Un beau matin donc, déterminée à faire de mon anatomie une magnifique sculpture, je pénètre dans la salle aux senteurs de patchouli.

La première interaction a lieu avec une des élèves (sans doute première de classe), qui, sans m’adresser un Bonjour de courtoisie, s’offusque à la vue de mes baskets:

« -Les chaussures! »

-Quoi mes chaussures ? Elles mériteraient un coup de cirage, c’est vrai, merci de me le rappeler, pense-je en lui souriant bêtement.

« -C’est interdit ici! », répète la chouchoute du prof, voyant que je n’ai rien compris.

Je prends l’air confus de la petite nouvelle qui débarque, et pose mes vieilles pompes entre les bottillons lustrés.

 

Ici, toutes les femmes sont apprêtées jusqu’au bout des ongles:

Coiffées, maquillées, elles arborent une tenue moulante soigneusement choisie, et s’étirent en attendant le début du cours.

Leurs yeux grands ouverts sont l’indice que leur journée est déjà bien entamée.

 

Quant à moi, j’arrive tout droit de mon lit; tignasse en bataille, trace d’oreiller persistante sur la joue, et, avec mon jogging trop large, j’ai l’air d’être restée en pyjama.

 

Malgré la différence de standing avec les autres inscrites, je m’assieds sur le petit tapis.

 

Le cours commence, et je me demande si je suis vraiment à ma place, assise en lotus, les paumes ouvertes « vers le ciel »…

 

« -Nous allons chanter trois OM « , entonne le professeur.

Peu convaincue, j’ouvre la bouche en cœur, mais laisse le soin à mes acolytes de psalmodier:

Je ne voudrais pas troubler la quiétude de ma voix rauque et saccadée du matin.

 

« -Nous allons rentrer dans l’Adhomukhasvanasana »,  poursuit le maître.

A l’écoute de ce jargon tout nouveau, je retiens un gloussement de justesse.

-Rentrer dans quoi?, n’ose-je pas demander mais n’y comprenant rien.

Le reste de la classe prend la pose d’un chien qui s’étire -et ma lanterne s’éclaire tout à coup-.

-Fallait le dire, aussi !

illuyoga

Le reste de la séance se déroule dans la même atmosphère, entre salutations, courbettes, rougeurs et crampes.

 

A la fin de la leçon, les mains jointes, le professeur achève par ces mots:

 

« -Remercions les Yogi, pour l’enseignement de leur pratique.

Je m’exécute pour ne pas faire tache, mais toute position de culte me fait froid dans le dos…

(Regretterais Kyle et sa dubstep?)

« -Remerciez également le Yogi qui est en vous »

-Qui? Où ça?

« -Et remerciez-vous, de tout ce que vous voulez ».

Là, je suis d’accord: je me suis levée à l’aube pour faire du sport, voilà qui mérite bien une prière:

-Allez, la motte de beurre, merci, et à la semaine prochaine !

Commentaires

commentaires