Cher petit Jésus,

 

On ne se connaît pas bien toi et moi, mais malgré que je ne sois plus allée dans une église depuis mon passage obligé au catéchisme et que j’aie oublié les paroles du Notre Père, j’ai quelque chose à te demander.

 

Je sais que tu vas bientôt naître, mais cette année, pourrais-tu faire en sorte de ne pas te montrer ?

 

Au lieu de répandre ta Bonne Parole, tu pourrais, par exemple, rester caché dans ton étable, et te la couler douce à faire du fromage d’ânesse pour le vendre au petit marché de Bethléem.

C’est un mode de vie assez tendance en ce moment. Moi-même, il m’arrive de vouloir m’exiler dans les montagnes avec un troupeau de brebis (non égarées de préférence).

Mais c’est une autre histoire.

 

Si tu faisais ça, petit Jésus, tu ne t’imagines pas à quel point tu nous simplifierais les choses.

 

Comme tu le sais, ici-bas, on célèbre toujours ta naissance.

Et je t’assure que les gens se coupent en quatre pour te fêter.

 

Ce soir encore, ils sauteront dans leur voiture à la recherche des derniers préparatifs, affronteront les embouteillages, renverseront cyclistes et piétons, dans l’espoir d’obtenir la dernière dinde farcie au boudin à la truffe du supermarché qui ouvrira exceptionnellement ses portes jusque 21 heures (oui, les caissières des supermarchés ont deux mots à te dire également).

 

Pourquoi on mange de la dinde farcie la veille de ta venue ?

Bonne question… En hommage à ta mère, peut-être.

 

Mais cette course endiablée (pardon pour le terme) n’est pas ce qu’il y a de plus important.

 

De nos jours, parce qu’elles croient profondément en toi, certaines personnes sont convaincues qu’une femme soumise à son mari obéit à la parole de Dieu (si, je te jure), qu’un homme avec un homme ou une femme avec une femme c’est mal, qu’une femme qui se fait avorter, c’est un crime.

Et ces personnes proclament tout cela dans un sourire angélique, à la mémoire de ton père, beau-père, ou ami proche de ta maman, je ne sais pas trop comment tu l’appelles.

Tu vois un peu le topo ?

 

D’autres ont toujours des problèmes (assumés ou non) avec ceux qui n’ont pas la même couleur de peau, n’adoptent pas la même culture ou la même religion, bref, ceux qui ne sont pas leur copie conforme.

illu_jesus

On a beau te fêter dans une modernité absolue (je ne sais pas si tu as admiré le sapin de la Grand-Place il y a quelques années), certains esprits sont restés coincés deux mille ans et des poussières en arrière.

 

Alors, si tu tiens vraiment à sortir des entrailles de la Vierge, je te demanderais une fois pour toutes de mettre à jour ton message de paix universelle, parce que visiblement, il n’a pas été compris par tous tes fidèles…

 

Ceci résoudrait pas mal de choses, crois-moi.

 

Merci. Et Joyeux Noël !

Commentaires

commentaires